Management des Opérations et Supply Chain

Finalité

Thumbnail vertical QRC MOSC prod 1

Aller au-delà des modèles établis de productivité pour faire comprendre les enjeux de la technologie dans le management, en particulier dans le management des opérations et de la supply chain sur l’impact des approches de data analythics pour l’industrie du semiconducteur. De nouvelles approches de management des rendements, de maintenance prédictive, de nouveaux problèmes de sécurité émergent, à la fois dans les processus de production et de logistique mais aussi dans la gestion de projets technologiques coûteux et complexes. Les enjeux vont jusqu’à ouvrir les esprits sur des usines de production géantes et partagées, totalement automatisées et délocalisées dans des zones non habitées (moindre risques et moindres coûts – c’est déjà le cas pour Rio Tinto en Australie, par exemple).

Cette intégration de la technologie dans les pratiques et les modèles de management des opérations et de la supply chain est urgente et doit se faire dans la continuité des pratiques actuelles. Les questions d’évolution, de révolution, d’accompagnement du changement par le middle management sont un élément déterminant de cette évolution pour laquelle une nouvelle génération de managers technologues doit être porteuse et influente. Le défi est majeur et urgent dans l’indusrie du semiconducteur où les rendements sont bien en dessous des industries plus anciennes et les investissements et rythmes plus élevés.

 

Objectifs

Il s’agit d’opérer une collaboration avec Grenoble INP et la plateforme AIP Primeca (systèmes de production) pour apporter des scénarii pédagogiques et un environnement de simulation (inspirés du BeerGame mais étendu et actualisé) permettant aux étudiants ingénieurs et managers :
D’acquérir les fondamentaux du management des opérations et de la supply chain et d’en comprendre les limites aujourd’hui face aux technologies émergentes de l’IoT, du cloud et du data analytics ;
De comprendre et décider face au dilemme d’excellence opérationnelle et de satisfaction clients – avec plus ou moins d’information en temps réel, allant vers énormément de données et la nécessité d’apprendre le management visuel et la prise de décision en temps réel ;
De saisir les enjeux de performance et de management associé à l’industrie 4.0 (management visuel, à distance, interaction homme-machine, gestion des risques de sécurité des données) – ainsi que les enjeux humains de préparation et d’accompagnement du changement et des middle managers dans cette tâche (développer des modèles d’influence).

LES ÉTUDIANTS JOUENT AU LEGO POUR COMPRENDRE LA SUPPLY CHAIN

Afin de comprendre les enjeux des relations clients / fournisseurs et des process de production, 120 étudiants de 2è année du Programme Grande Ecole de Grenoble Ecole de Management, vont tester un cours de « Management des Opérations de la Supply Chain » (MOSC) conçu selon le GEM Learning Model. Fin octobre, ils simuleront la fabrication de box connectées à usage domestique en utilisant des LEGO. Ils endosseront les rôles de logisticien, administrateur des ventes, responsable de production, gestionnaire et clients.

Expérience HomeBox Company, un jeu de simulation de Supply Chain à GEMCe cours, c'est l'expérience HomeBox Company, un jeu de simulation de Supply Chain. Il se déroule dans le nouveau bâtiment d'expérimentations pédagogiques de GEM (GEM BIS – Business Innovation and Society).       Dans les faits, chaque étudiant représentera un maillon d'une chaine constituée de six industriels, deux surfaces de vente, et deux groupes de clients. A partir de matières premières, pour partie provenant du recyclage, des kits puis des semi finis et des produits finis sont réalisés, et acheminés jusqu'aux surfaces de vente pour être finalement installés dans les maisons des clients.

 

Pierre-Paul Jobert, professeur à GEM « Cette nouvelle méthode pédagogique permet d’aborder les concepts théoriques parfois compliqués et rébarbatifs de la Supply Chain en mettant l’étudiant au centre du dispositif. Il devient acteur du cours et s’approprie les concepts sans même s’en rendre compte.C’est beaucoup plus efficace que 2h de cours magistral » explique Pierre-Paul Jobert, professeur à GEM et concepteur de l’outil.Le cours sera testé à nouveau auprès des étudiants du Mastère Spécialisé Management de la Technologie et de l’Innovation de GEM en janvier 2017.

Objectif : l’étendre aux 700 étudiants du Programme Grande Ecole.